« Nirvanna the Band the Show » et l'érotisme ambigu des balais